TimelineFRA 43 831

Une bonne duo

Nous étions venus pour faire dans les 10, se retrouver à lutter pour le podium lors de la dernière manche a été une bonne surprise. Notre quatrième place est donc très satisfaisante.

25/06/22

L'édition 2022 de la Duo-Catamania a été assez différente de celle de l'an dernier. Les étapes n'étaient pas les mêmes mais aussi les parcours et la météo ont été très différentes. Mis à part la première heure de la première manche et la dernière manche, la course s'est déroulée dans des conditions légères. Le mardi, la course a été arrêtée avant la première marque par manque de vent. Le Comité a d'ailleurs fait un super boulot, je dirais juste que le mardi, il y avait probablement la place pour prendre la même décision que le mecredi, c'est à dire attendre l'après-midi pour nous lancer, par exemple des Birvideaux ? Si l'on évoque le Comité, on ne peut qu'avoir une pensée pour la famille du membre du Comité de course décédé lors de la manche de mercredi des suites d'un problème cardiaque.

 

 

En tous cas, les parcours étaient nettement moins rectilignes que l'an dernier. Cela donne plus de possibilités tactiques et permet aussi de se rattraper si l'on fait un mauvais départ. Sur ce plan, comparé à l'an dernier, nous avons fait des progrès considérables. Il y avait tout de même 50 bateaux, donc réussir son départ n'est pas complètement évident. Nous n'en n'avons raté qu'un (au Palais) et nous en avons fait deux vraiment très bons, à l'anglaise sous spi à Groix et plus original, sous code 0 à Port-Haliguen.

 

Nous avons navigué devant, (c'est à dire dégagé du paquet, mais derrière Hey Jude) durant les manches de Dimanche, Mercredi et Vendredi. Dans celle du Lundi après un mauvais départ où nous devons passer dans les 30 à la bouée de dégagement, nous remontons toute la flotte pour passer 4 à la marque devant la Teignouse puis en tête en réel aux Birvideaux. Notre A2 se révèle particulièrement performante entre 110° et 140° dans le range 5-20 noeuds. Cela a été le cas durant cette manche, puis nous avons très bien réussi un peeling vers le S1 à la Teignouse. Je n'ai pas honte de le dire, c'était la première fois que nous faisions cette manoeuvre. (Pour la petite histoire, nous avions tenté un S2 vers A2 durant le Fastnet mais cela s'était terminé avec l'un nous deux en tête de mat, pour ouvrir une drisse qui s'était coincée dans la trompette, absolument pas à cause du peeling, mais juste car elle avait été trop étarquée plusieurs heures avant, pas de bol...). On peut donc ajouter que le Lundi, après une grosse heure de course, nous naviguions aussi dégagés, cela aide beaucoup.

 

A ajouter dans les colonnes du positif, il y a les manoeuvres. Nous n'avons rien raté, tout a été propre, voire très propre. Les conditions légères nous ont facilité la tache, et nous anticipons mieux ce que nous allons faire. Les manips en double, c'est tout de même une histoire d'anticipation et de planification. Nous n'avons pas tenté l'empannage sous spi de tête par 25 noeuds lors de la première manche car nous n'avions pas le temps de mettre le 2ème tangon. Nous passons cependant la bouée en tête avec Hey Jude à qui nous laissons de l'eau. Nous avons aussi eu, comme toute la flotte, 27 noeuds sous spi de tête dans la dernière manche, la mer état plate, c'était complètement gérable.

 

 

Pour en finir avec le positif, nous avons bien tactiqué. Il n'y avait pas eu énormément de choix à faire pendant la course, et on va dire qu'on n'en n'a fait quelques bons et un seul franchement mauvais en poussant un peu trop loin le babord en rentrant de la Recherche dans la manche du jeudi.

 

Alors, alors, si vous allez si vite du du bon côté avec des manoeuvres dignes d'un figariste pourquoi n'avez vous pas fait mieux me direz vous ? Il y a deux raisons. La première c'est la première manche, à la Recherche, nous étions bien voire très bien. On n'a pas fait un très bon bord de la Recherche au Beniguet mais rien de catastrophique. Et puis au Beniguet, le vent s'est effondré, il y avait 3 noeuds de courant contre et le Comité a mouillé sa ligne au milieu. Cela a créé un compactage de la flotte, soit il fallait passer à l'Est et accepter de talonner (la légende dit que seuls ceux qui ont talonné ont réussi à passer par l'Est, je ne sais pas si c'est vrai) soit faire le grand tour de la paroisse par l'Ouest, et prier pour réussir à faire sur sa lancée les 100 mètres qui séparaient l'endroit où l'on revenait dans le courant de la ligne d'arrivée, en cas d'échec, il fallait se laisser éjecter et refaire un tour par l'Ouest. Le temps de comprendre tout cela, on a perdu beaucoup de temps, avec notre gros rating, nous terminons 20ème, à ranger dans la catégorie du pas de bol. Et puis surtout... les deux premiers m'ont semblé absolument intouchables. Ils ont parfaitement navigué, ils couraient en temps réel avec la tête de la flotte alors qu'ils étaient en JPK1010. J'ai vraiment eu un sentiment d'impuissance. Pour moi, ils étaient un cran au dessus. Autant avec J-Lance qui termine 3ème, il y avait un match, autant avec eux, il n'y avait pas photo. Lors de la dernière manche où il y avait de la brise, nous payons probablement le choix du J3 alors qu'il y a eu 15 noeuds de vent moyen durant le premier près de 5 milles quand nos gribs en annonçaient 20.  Il y avait probablement la place pour faire mieux en choisissante le bon genoa.

 

Le paradoxe de cette régate est de nous être sentis un peu moins à l'aise au près que d'habitude et par contre très faciles au portant. Le près, nous savons qu'en général on y arrive, il y a probablement quelques repères à reprendre dans ces conditions.

 

Au final, nous pouvons tout de même être très satisfaits d'enchaîner 2 bonnes performances en double et d'avoir le sentiment de progresser. Au moment où j'écris ces lignes, je ne sais pas encore si nous pourrons participer à la Trinité-Cowes ou si notre saison est terminée.

 

Articles de l'année

25/06/22

Une bonne duo

Nous étions venus pour faire dans les 10, se retrouver à lutter pour le podium lors de la dernière manche a été une bonne surprise. Notre quatrième place est donc très satisfaisante.


Lire l'article

06/06/22

De retour sur le podium

Les années passent et se ressemblent, après un Spi Ouest-France raté, nous avons bien réussi notre première offshore de la saison.


Lire l'article

01/05/22

Petit échec

Notre échec au Spi Ouest-France ne correspond pas tout à fait aux sensations que nous avons depuis le début de la saison.


Lire l'article